#THINKING ~ Réflexion sur le narcissisme des réseaux sociaux…

Réflexion personnelle sur le narcissisme lié aux réseaux sociaux.

[Narcissisme : Amour excessif porté à l’image de soi.]

Actuellement en 2015 en écrivant ces lignes, je peux aisément dire que nous vivons au cœur de la société des réseaux sociaux et de la culture du selfie.

Je suis évidement concernée par le sujet des réseaux sociaux qui me touche particulièrement de part mon expérience professionnelle et mon travail. Dans mon travail de communicante, je suis amenée à intervenir régulièrement en tant que CM (community manager) c’est-à-dire que je dois maîtriser les codes et fonctionnalités des réseaux sociaux.

C’est ainsi que je me contrains aussi d’une certaine manière à avoir une présence sur ces différents réseaux pour garder la main sur un secteur en mutation permanente mais c’est aussi de cette façon que je constate les dérives liés à ces réseaux sur le comportement des gens.

Andy Warhol l’avait prédit dès 1968 « In the future, every one will be world-famous for 15 minutes ».

Effectivement aujourd’hui à l’ère d’internet et de la multiplication des canaux de communication, c’est possible, et pour certains « a tout prix » et en permanence.

Ma réflexion ne concerne bien évidement pas ceux qui se limitent à diffuser sur leurs réseaux dans le cadre d’une sphère « privée » familiale et amicale, ni de ceux qui ont eu un talent pour développer une activité professionnelle autour de leur image (youtubeur, humoriste, bloggueur…) non plus ceux qui postent des photos avec leurs amis/famille ou une photo d’eux de manière occasionnelle.

Ces gens dont l’album photo sur facebook pourrait s’appeler « Myself » ou dont le compte Instagram ne compte que des photos selfies d’eux même ou encore ceux qui rêves d’émoustiller le monde entier en diffusant leur corps sur des réseaux comme Tumblr…

Que penser de ceux qui n’ont d’autre talent que celui d’un physique, d’une beauté, d’un corps à afficher publiquement (facebook, instagram, tumblr, pinterest et autre sites de rencontre) sans pudeur quasi quotidiennement ? Tout dévoiler de soi physiquement, intégralement, devient une norme sociale.

Une norme sociale dirigée par un asservissement « accepté» à  la technologie.

Je suis dérangée depuis un bon moment par ce problème qui me questionne en permanence de l’asservissement de l’Homme par la technologie et le « progrès ». Chacun peut se mettre les œillères qu’il souhaite pour se mentir car le confort que cela représente est gigantesque mais la régression l’est tout autant. Cette technologie qui nous a été mise entre les mains petit à petit pour créer une totale dépendance (chronologiquement, minitel, bipper, téléphone portable, ordinateur, internet, Smartphone, montre connectée etc) quand une chose devient indispensable c’est que nous sommes assujettis à celle-ci.

Et avec cette technologie matérielle, une addiction dématérialisée pour les applications et réseaux sociaux qui vont avec.

Je pense que ma « conscience » par rapport au fait de savoir qu’il s’agit d’un problème lié directement à la technologie matérielle me permet de garder le cap, mais quelle est la part de gens conscients en pratique ?

Malheureux, les enfants qui naissent à cette époque de régression intellectuelle ou le divertissement est devenus fatalement interactif et technologique et ou les machines auront un rôle d’assistanat trop important physiquement (écrire sur un clavier plutôt qu’avec un stylo, enregistrer des numéros dans un téléphone plutôt que de les apprendre par cœur, dicter un texte à un logiciel qui corrige automatiquement les fautes, jouer sur une tablette plutôt que d’apprendre à faire du vélo etc.)

Et c’est donc cette même technologie qui à développé cette envie d’être aimée par tous à travers des selfies postés quotidiennement ou des photos aguicheuse et sexy. Est-ce que la technologie à tué l’amour réel de l’entourage au point de chercher les « j’aime » ailleurs ? Est-ce que l’on ne dit pas suffisamment à une personne à quel point on l’aime ou à quel point elle nous plait pour avoir besoin de demander ailleurs ? A-t-on fait croire aux gens qu’il était facile de devenir quelqu’un en étant simplement beau et sexy au travers d’internet et des téléréalités au point de vouloir tenter sa chance quoi qu’il en coute ?

Et si le temps passé sur les réseaux sociaux nous faisait perdre un temps précieux pour créer le vrai lien entre humain, celui qui fait que l’on se sent important, aimé, beau, attirant etc. au lieu de le chercher chez les autres ?

Je pense qu’il y a une réelle coalition entre ce phénomène narcissique et le fait de se sentir « mal aimé » ou de chercher à s’aimer soi-même à travers les autres.

(Je ne dis pas que c’est mal, je dis que c’est la technologie qui a développé cela car auparavant cela n’existait pas ou chez de rares cas isolés, généralement les photos étaient la base des souvenirs d’une vie et réservées au cadre familiale et amical).

Le fait que ce soit principalement les femmes qui soient dans cette démarche de se donner à tous peut conforter cette hypothèse évoquée plus haut, car effectivement une femme en général à besoin de se sentir aimée en permanence ou d’être dans une démarche de séduction (idéalement cela se fait avec son mari mais dans une société pervertie plus rien ne choque personne et la démarche doit aller dans les deux sens – homme/femme).

Mais que penser des consommateurs ? Car il y a ceux qui donnent, leur photo, leur image, leur beauté, leur corps, de simple photos mais à la fois des morceaux d’eux-mêmes (pudeur, fierté, amour-propre…) mais aussi ceux qui sont en recherche constante de ces images de gens beaux ou sexys. Par exemple, est-il normal l’homme en recherche permanente de photos de femmes ou a t’il perdu le contrôle de lui même ? Est-il contrôlé par quelque chose de plus fort que lui, lié à la société ou à une industrie ?

Et par exemple cet homme qui critiquera ouvertement le genre de femme à s’afficher de la sorte et qui la consomme quand même quotidiennement a t’il conscience que ce système fonctionne avec et par lui ?

C’est une problématique vraiment complexe.

Finalement on peut imager cela par le fameux chien qui se mord la queue car c’est comme pour tout dans cette société sur les réseaux sociaux il y a un marché d’offre et de demande.

S’il n’y avait pas les gens qui veulent voir, il n’y aurait pas les gens qui donnent.

Et les gens qui donnent ne donneraient pas si quelqu’un ne leur avait pas mis les moyens de le faire entre les mains (smartphones, fonction selfie, réseaux sociaux etc.)

Je me questionne sur cette importance du besoin de séduction permanent par le physique. Comment en arriver à vouloir tout miser sur quelque chose d’aussi fragile et éphémère que la beauté ? Pourquoi est-ce devenu pour certains plus important que d’être aimé pour la personne que l’on est entièrement, intérieurement et authentiquement ?

Et finalement qui est le plus malade ?

Celui qui se donne ? Ou celui qui consomme ?

 

« Elle te ment quand elle dit
c’est pour toi seulement que je me fais jolie
10% pour toi,
90 pour tes amis…» Wallen 

Une réflexion sur “#THINKING ~ Réflexion sur le narcissisme des réseaux sociaux…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s