#Spirit ~ Je suis ma vibration

Ce qui est beau avec l’éveil spirituel d’un être, c’est qu’il y a un avant et un après. Et parfois la distance entre cet avant et cet après peut-être de l’ordre du très grand écart.

tumblr_o3zgfpxtPE1so64cwo1_500

Avec l’éveil, vient donc la prise de conscience de notre propre vibration.

« J’émets » quelque chose, je fais parti de quelque chose de plus grand ou tout vibre et tout est énergie. Notre vibration nous lie au tout, elle est indivuelle, personnelle et comme une empreinte.

Nous pouvons vibrer positivement comme négativement et des êtres peuvent nous rabaisser à leur propre niveau de vibration.

La façon dont je vibre, influe directement sur mon corps physique (=santé, sens…), sur mon mental (=mon égo),  sur mes émotions (= mon cœur), sur mon âme (=ma foi, ma connexion au divin et à un maitre spirituel…) mais également sur mon environnement, sur mes projets, sur mes réussites ou mes échecs.

Chacun doit veiller à élever sa propre vibration.

Nous vibrons comme nous vivons.

Tout, ici bas, peut avoir un impact sur la vibration d’un individu : les relations humaines, la musique, l’art, la nature, l’alimentation, les animaux, les couleurs, l’argent, le cinéma… Tout le monde en a déjà fais l’expérience. Qui n’a pas ressenti un grand bonheur devant un paysage, en voyant un chiot, en mangeant des bonnes fraises ou inversement ressenti un grand malaise devant les images des abattoirs de viande, en se trouvant au cœur d’un conflit familial ou encore en entendant une musique insupportable ?!

tumblr_o4moe3KQ0p1v5jx82o2_1280

Au japon, le Docteur Masaru Emoto s’est notamment penché sur cette question de la vibration en faisant l’expérience avec de l’eau.

https://www.youtube.com/watch?v=DgszqIWEIHQ&feature=player_embedded

Ce qui ressort de cette expérience c’est que l’eau possède une mémoire des vibrations qu’elle a reçu, les cristaux ayant reçus des messages positifs sont plus éclatants et régulier que ceux ayant reçus des messages négatifs, leur énergie est devenue différente.

C’est très intéressant, de savoir cela, surtout lorsque l’on fait le rapprochement avec le corps humain constitué d’eau à plus de 60% (et à 78% pour un bébé !), cela signifie que notre « corps » à gardé en mémoire toutes les blessures, les douleurs, les épreuves ou inversement l’amour, la joie, les moments de bonheur depuis que nous sommes nés. Les répercussions sur le corps sont en fonction de ce qui à laissé le plus de traces dans la mémoire de nos cellules. Il faut alors avec  notre nouvelle conscience de vibration tenter de redistribuer les cartes si cela est nécessaire.

tumblr_o04206nmFn1th244jo1_500

La question de l’alimentation est primordiale, tout vibre, notre corps le garde en mémoire. Nous devons « manger vivant », revoir nos habitudes, nous remettre en question, arrêter les additifs chimiques, les aliments transformés, les aliments créés (sucre raffiné, farine raffiné…), la question de la viande est évidement au cœur du sujet, aujourd’hui dans le circuit de l’industrie de la viande (également la viande Halal) il y a véritablement un problème avec la souffrance animale, nous ne respectons plus l’animal, sa vie, son âme (maltraitance, maladie, absence de lumière, alimentation à base de farine animales ou OGM, blessures, tortures etc.), nous mangeons uniquement de la souffrance ! Je sais que j’ai un sens de l’empathie envers les animaux fortement développé et je ressens d’autant plus ces mauvaises vibrations. Ce n’est pas le fait de manger de la viande qui me dérange c’est comment nous le faisons à notre époque et en sachant que ces vibrations négatives resteront en moi. Quand je lis l’histoire du prophète Muhammad (ﷺ) il est plusieurs fois questions de repas avec de la viande mais toujours dans le cadre d’un « sacrifice » et nous savons tous qu’étymologiquement le mot sacrifice  est le « fait de rendre sacré » ce qui aujourd’hui est inexistant lorsque l’on consomme un produit issue de l’industrie de la viande.

Dans la question de l’alimentation il y a aussi l’importance de manger moins et mieux, nous nous gavons, nous épuisons notre organisme, nos organes, nous mangeons des choses mortes, sans minéraux, sans vitamines, sans oligo-éléments. La nourriture pour l’être humain c’est avant tout le carburant, on nous a fait croire depuis toujours que la nourriture c’était en priorité « le goût » (sucre, sel, gras) et la convivialité (gros repas, nourriture en abondance…), en écrivant tout cela, j’en ris parce que cela me parait aujourd’hui évident, c’est comme si on m’avait retiré des œillères… Qui nous a fait croire cela ? L’alimentation est un moyen de contrôle de l’être humain par la vibration et l’addiction.

Holi, The Festival of Colors, India

A force de réflexion et d’observation, la question des « couleurs » m’apparait désormais également comme une évidence. Les couleurs vibres fortement, elles sont véritablement des énergies qui influent sur nous. J’ai toujours été très attirée par les couleurs bleue et  verte, souvent inconsciemment je me dirige vers ces deux couleurs, l’une symbolise l’idéalisme, la foi, la stabilité et l’autre la paix, la tranquillité et le développement, j’aime encore plus ces couleurs en sachant cela… Toutes les couleurs ont leur propre force, leur particularité, leur énergie. Elles sont toutes très importantes pour nous mais la encore, il existe un conditionnement dès la naissance. On peut évidement prendre l’exemple le plus simple, la couleur rose, qui est dans la vibration de la douceur, de la tendresse, de la beauté pourquoi est-elle d’emblée uniquement réservé au sexe féminin ? Qui a décidé que les hommes ne devaient pas vibrer par cette couleur ? Qui nous pousse à nous habiller par exemple avec des vêtements de plus en plus sombres ? Nous sommes TOUS habillés pareil avec des vêtements très sombres, noirs… Il faut savoir que le noir est la couleur à l’énergie la plus négative, mentalement (mémoire inconsciente du deuil, de la mort, de la tristesse, du maléfique…) et spirituellement (attire les énergies négatives autour de nous, repousse/empêche les vibrations positives de nous atteindre). C’est  à dire que le noir est une couleur qui nous maintient dans le négatif. Et nous nous habillons de cette couleur parce que la mode nous dit de le faire (télé, magazines, magasins, créateurs…), parce que la société nous dit de le faire (tous les gens qui travaillent dans des grandes entreprises savent qu’il faut s’habiller en tailleur / vêtements sombres. On aura tendance à dire aux personnes rondes de s’habiller en noir car cela attire moins le regard, voir aminci une silhouette… Qui a décidé de nous maintenir dans cette médiocrité, d’en faire une norme ? Aujourd’hui je pensais déjà a ce sujet sur lequel j’écris et j’ai fais l’expérience, je suis sortie pour faire mes courses et j’ai observé les gens autour de moi, tous étaient vêtus de façon sombre, tout le monde paraissait énervé, impatient, terne… Alors j’ai pensé au blanc. La couleur de la pureté par excellence, le blanc c’est un peu l’aspirateur spirituelle, il vibre fortement et il attire, il crée une aura autour de la personne. Voila pourquoi, c’est la couleur réservée uniquement aux mariées, au monde la santé (ayez confiance….), aux Dieux/ héros antiques (dans l’imaginaire collectif), aux anges, aux saints… Alors j’ai imaginé tous ces gens que j’ai observé cet après-midi et je me suis demandé si tous ces gens étaient habillés en blanc, l’énergie aurait-elle était la même ?

hadj

J’ai eu la chance durant ma dernière année de Master d’étudier la sociologie des foules. Nous sommes dans un système constitué d’une classe dominante puis de leaders d’opinions (politique, culturel, médical) utilisés par les médias puis enfin de suiveurs / consommateurs (c’est-à-dire la quasi-totalité des citoyens). Cette dernière catégorie est alors appelée « la foule », une foule dangereuse qu’il faut maitriser, souvent représentée par l’image d’une « foule d’enfants colériques » pour laquelle il faut créer un conditionnement dès la naissance afin de la rendre « passive » et lui créer des besoins matériels afin de la « soumettre » (alimentation sucrée, produits technologiques tel que smartphone, télévision, internet etc.)

Quelle difficulté à notre époque pour les gens de Dieu, les natures spirituelles de pouvoir s’élever, se développer !

Tout est mis en œuvre autour de nous et dès la naissance pour maintenir la majorité dans cette vibration négative, dans le rien.

Alors je vous souhaite si vous lisez cet article d’ouvrir les yeux sur votre propre vibration et de l’aider du mieux possible et le plus souvent à être positive, à grandir, à monter.  

tumblr_o0st8eQujJ1u40a5xo1_500

Et Dieu sait mieux.

#SPIRIT ~ Extrait « Histoire de la Turquie » A. de Lamartine

L’islam depuis la fenêtre de l’Occident par nos ancêtres.

Jamais homme ne se proposa volontairement ou involontairement un but plus sublime puisque ce but était surhumain : saper les superstitions interposées entre la créature et le Créateur, rendre Dieu à l’homme et l’homme à Dieu, restaurer l’idée rationnelle et sainte de la divinité dans ce chaos de dieux matériels et défigurés de l’idolâtrie.

Jamais homme n’accomplit en moins de temps une si immense et durable révolution dans le monde, puisque moins de deux siècles après sa prédication, l’Islamisme, prêché et armé, régnait sur les trois Arabies, conquérait à l’unité de Dieu, la Perse, le Korassan, la Transoxiane, l’Inde Occidentale, la Syrie, l’Égypte, l’Ethiopie, tout le continent connu de l’Afrique septentrionale, plusieurs îles de la Méditerranée, l’Espagne et une partie de la Gaule.

Si la grandeur du dessein, la petitesse des moyens, l’immensité du résultat sont les trois mesures du génie de l’homme, qui osera comparer humainement un grand homme de l’histoire moderne à Mohammed ?

Les plus fameux n’ont remué que des armes, des lois, des empires ; ils n’ont fondé, quand ils ont fondé quelque chose,
que des puissances matérielles, écroulées souvent avant eux.

Celui-là a remué des armées, des législations, des empires, des peuples, des dynasties, des millions d’hommes sur un tiers du globe habité ; mais il a remué, de plus, des idées, des croyances, des âmes.

Il a fondé sur un livre dont chaque lettre est devenue loi, une nationalité spirituelle qui englobe des peuples de toutes les langues et de toutes les races, et il a imprimé pour caractère indélébile de cette nationalité musulmane la haine des faux dieux et la passion du Dieu un et immatériel.

Ce patriotisme, vengeur des profanations du ciel, fut la vertu des enfants de Mohammed.

L’idée de l’unité de Dieu, proclamée dans la lassitude des théogonies fabuleuses, avait elle-même une telle vertu, qu’en faisant explosion sur ses lèvres, elle incendia tous les vieux temples des idoles et alluma de ses lueurs un tiers du monde.

Cet homme était-il un imposteur ? Nous ne le pensons pas, après avoir étudié son histoire.
L’imposture est l’hypocrisie de la conviction. L’hypocrisie n’a pas la puissance de la conviction, comme le mensonge n’a jamais la puissance de la vérité. »

Si la force de la projection est, en mécanique, la mesure exacte de la force d’impulsion, l’action est de même, en histoire, la mesure de la force d’inspiration.

Une pensée qui porte si haut, si loin et si longtemps est une pensée forte ; pour être forte, il faut qu’elle ait été bien sincère et bien convaincue. Mais sa vie, son recueillement, ses blasphèmes héroïques contre les superstitions de son pays, son audace à affronter les fureurs des idolâtres, sa constance à les supporter quinze ans à la Mecque, son acceptation de scandale public et presque de victime parmi ses compatriotes, sa fuite enfin, sa prédication incessante, ses guerres inégales, sa confiance dans les succès, sa sécurité surhumaine dans les revers, sa longanimité dans la victoire, son ambition toute d’idée, nullement d’empire, sa prière sans fin, sa conversation mystique avec dieu, sa mort et son triomphe après le tombeau : plus qu’une imposture, une conviction.

Ce fut cette conviction qui lui donna la puissance de restaurer un dogme. Ce dogme était double, l’unité de dieu et l’immatérialité de Dieu, l’un disant ce que dieu est, l’autre disant ce qu’il n’est pas ; l’un renversant avec le sabre des dieux mensonges, l’autre inaugurant avec la parole une idée !

Philosophe, orateur, apôtre, législateur, guerrier, conquérant d’idées, restaurateur de dogmes, fondateur de vingt empires terrestres et d’un empire spirituel, voilà Mohammed.

À toute les échelles où l’on mesure la grandeur humaine, quel homme fut plus grand ?

A. de Lamartine
Histoire de la Turquie, 1854

#Spirit ~ Conte Soufi et développement spirituel

Les hommes sont, les uns par rapport aux autres, comparables à des murs situés face à face. Chaque mur est percé d’une multitude de petits trous, où nichent des oiseaux blancs et des oiseaux noirs.

Les oiseaux noirs, ce sont les « mauvaises » pensées et les « mauvaises » paroles. Les oiseaux blancs, ce sont les « bonnes » pensées et les « bonnes » paroles. Les oiseaux blancs, en raison de leur morphologie, ne peuvent entrer que dans des trous d’oiseaux blancs; et il en va de même pour les oiseaux noirs, qui ne peuvent nicher que dans des trous pour oiseaux noirs.

Maintenant, imaginons deux hommes qui se croient ennemis l’un de l’autre. Appelons-les Youssouf et Ali …

Un jour, Youssouf, persuadé qu’Ali lui veut du mal, se sent empli de colère à son égard et lui envoie une très « mauvaise » pensée. Ce faisant, il lâche un oiseau noir qui, du même coup, libère un trou correspondant. L’oiseau noir s’envole vers Ali et cherche, pour y nicher, un trou vide adapté à sa forme.

Si, de son côté, Ali n’a pas envoyé d’oiseau noir vers Youssouf, c’est-à-dire qu’il n’a émis aucune « mauvaise » pensée, aucun de ses trous noirs ne sera vide. Ne trouvant pas où se loger, l’oiseau noir de Youssouf sera obligé de revenir vers son trou d’origine, ramenant à son hôte la disharmonie dont il est chargé.

Mais imaginons qu’Ali a, lui aussi, émis une « mauvaise » pensée. Ce faisant, il a libéré un trou où l’oiseau noir de Youssouf pourra entrer afin d’y déposer sa charge négative. Pendant ce temps, l’oiseau noir d’Ali volera vers Youssouf et viendra loger dans le trou libéré par l’oiseau noir de ce dernier. Ainsi les deux oiseaux noirs auront atteint leur but et travailleront à déséquilibrer les deux hommes auxquels ils étaient destinés.

Une fois leur tâche accomplie, ils reviendront chacun à leur nid d’origine, car il est dit: « Toute chose retourne à sa source ».

Le mal dont ils étaient chargés n’étant pas épuisé, ce mal se retournera contre leurs créateurs. L’auteur d’une mauvaise pensée, d’un mauvais souhait, est donc atteint à la fois par l’oiseau noir de son ennemi et par son propre oiseau noir, lorsque celui-ci revient vers lui.

La même chose se produit avec les oiseaux blancs: si nous n’émettons que des bonnes pensées envers notre ennemi, alors que celui-ci ne nous adresse que des mauvaises pensées, ses oiseaux noirs ne trouveront pas de place où loger chez nous, et retourneront à leur expéditeur. Quant aux oiseaux blancs porteurs des bonnes pensées que nous lui aurons envoyés, s’ils ne trouvent aucune place chez notre ennemi, ils nous reviendront chargés de toute l’énergie bénéfique dont ils étaient porteurs.

C’est pourquoi il faut toujours bénir ses amis et ses ennemis (entendre le mot bénir par: penser à faire à autrui ce que nous voudrions qu’autrui pense à nous faire). Non seulement la bénédiction va vers son objectif pour accomplir sa mission d’apaisement, mais elle revient vers nous, un jour ou l’autre, avec tout le bien dont elle était chargée. C’est ce que les Soufis appellent « l’égoïsme souhaitable » et les Chrétiens: « Charité bien ordonnée commence par soi-même ».

Pour cette raison, les Soufis, conformément à l’Enseignement du prophète Muhammad (ﷺ), ne veulent souiller ni leur bouche, ni leur être, par de mauvaises paroles ou de mauvaises pensées, ni même par des critiques apparemment bénignes qu’ils nomment « constatations ».

#Spirit – A new life’s coming…

Samuraii

Au crépuscule d’un nouveau jour, après cette nuit d’insomnie, je suis seule, dans le noir. Assise au milieu de ce lit qui grince, au milieu de cette pièce désordonnée ou s’entassent les cartons de déménagements, dans cet appartement qui est arrivé il y a deux ans comme un refuge, comme un second souffle. Je remercie Allah par sa grâce de m’accorder une nouvelle journée et de m’avoir donné la force de choisir. C’est en relisant la cinquantaine de messages que j’ai reçu hier que j’ai accepté de fermer cette page pour de bon, comme un Au revoir à tous ces visages que je ne croiserais sans doute plus pour la plupart. Je ne regrette rien et je ne garderai dans ma mémoire que les moments de partage et de rires ainsi que les expériences qui m’ont permises de me perfectionner et d’apprendre. Je ne veux pas que la douleur de ces maux physiques du quotidien, qui m’ont affecté chaque jour ces dernières semaines, ces derniers mois sans que personne ne les comprennent ni même ne les voient, puissent me voler le souvenir de ces 4 années.

Patience

Aujourd’hui à 28 ans j’ai la chance d’avoir travaillé dans ce domaine qui était fait pour moi depuis toujours, la communication & l’événementiel, tout ce que ne je ne suis pas en mon fort intérieur et pour lequel je performe en extérieur. A 16 ans, je rêvais de Paris, d’indépendance, de vue sur la Tour Eiffel, de responsabilités, de Champs-Elysées… Soubhanallah, j’ai tout eu.  J’ai participé à la création d’une entreprise, une expérience stimulante qui m’a demandé un investissement personnel important qui sera peut-être un jour récompensé Inch’Allah. J’ai vécu la plus belle rencontre de ma vie durant cette période également, il m’aura suffit de croiser son regard pour le savoir et 2 ans plus tard il est plus que jamais mon amour, mon atout, ma force et mon avenir, qu’Allah nous protège, Amine. J’ai fais des rêves spirituels forts, j’ai vu des signes en toutes choses. J’ai vécu un moment d’amour fraternel magique avec mes sœurs la nuit ou j’ai embrassé l’Islam, el Hamdulillah.

Alors peut-être qu’en apparence pour les gens je suis clouée à terre aujourd’hui, en réalité, je suis bien plus haut que ce qu’ils imaginent.

haut

#Spirit ~ Writen, writen, writen, often !

je t’ai imaginé tant de nuits
au gré de mes insomnies,
et j’espérais que tu serais
pour moi comme un reflet.
Comme dans ce compte soufi
Ivre d’amour tu arrivais chez moi
Je disais “qui voila”,
et tu ne faisais pas l’erreur des gens la-bas
qui disent trop facilement “c’est moi”
Car tu me répondrais “c’est toi”.
Je t’ai cherché si longtemps,
Que j’en ai oublié le temps
Jeune mélancolique et solitaire
J’ai endormi ton dessein
Pour tenter de rentrer dans les cases imposées par ceux,
Qui prétendent savoir ce dont j’ai besoin,
Et puis ma vie a basculé
Lorsque j’ai croisé ton chemin un certain 24 juin,
Mon cœur s’est arrêté, “d’abord”,
ce soir derrière ce bar car j’ai croisé ton regard
Mon coeur s’est arrété, “encore”,
le soir ou je t’ai pris la main.
Tout détruire
pour reconstruire,
La décision s’est vite imposée,
Désormais je serai à tes cotés car sidi nous à guidé.

Anaïs Nûr

#SPIRIT ~ Au revoir Pascal !

Hommage à mon collègue et ami, Pascal Iglicki (17 décembre 1959 – 26 mars 2015). Pascal_Iglicki [Pascal Iglicki, 55 ans, journaliste, commentateur, speaker, spécialiste du monde des boxes pieds-poings]

Ce soir c’est le cœur lourd et les joues mouillées que j’écris ici.

Je pense aussi très fort à ta compagne Nathalie qui est effondrée.

C’est loin d’être la première fois que je suis confrontée à la mort d’un proche mais comme à chaque fois malheureusement j’ai ce sentiment… terrible, que tu es parti sans avoir eu le temps de te dire que tu étais une personne, un être, formidable.

Je veux écrire ce post car le temps altère la mémoire, alors je grave cette date et cette douleur sur ce blog.

Tu étais quelqu’un de remarquable au sens littéral comme au figuré, avec ta grosse voix, ta gueule, ton franc parlé, ton expérience, ton attitude Rock’n Roll, ta gentillesse…

Bientôt 4 ans que je te connaissais, que tu venais prendre ton café dans notre bureau au 7e étage régulièrement, je t’entends encore arriver de loin « Alors, est-ce que ca bosse la dedans ? ».

Parfois on marchait ensemble jusqu’au métro le soir tu me parlais de tes animaux chiens, serpents, perroquets…

D’autres fois, je venais manger avec toi à ton bureau le midi au 6e étage, j’arrivais et tu disais « c’est l’heure de la pause ! »

On en a eu des discussions et on a ri ! Il y avait entre nous la complicité des gens qui savent se parler franchement.

Est-ce que je peux me permettre de parler de ta sonnerie de téléphone sur un air de guitare électrique qui nous manquera terriblement ?

Avec Florence, Cathy, Mohamed, Laura… souvent on t’écoutait avec admiration et sympathie parler de tes expériences et tu terminais souvent par un « putain, quand j’y pense, j’en ai vécu des choses ! »

Tu étais un être universel à part entière, tu aimais et respectais les gens pour ce qu’ils sont, tout simplement, en témoigne ce soir les centaines de messages sur ton compte facebook venu du monde entier et dans toutes les langues pour te rendre un dernier hommage.

Pascal, chaque fois tu m’as fait rire énormément, et pour la première fois aujourd’hui, tu m’as fais pleurer.

Qu’Allah te fasse miséricorde et t’accorde le repos du corps et de l’âme. Amine

« Certes nous sommes à Allah, et c’est à Lui que nous retournerons » Sourate 2 – Verset 156

#SPIRIT ~ La patience

patience

 « Quand Allah veut du bien pour un homme Il l’éprouve durement » [ Rapporté par AI-Bukhâri ]

IMG_20150316_232827

 « L’homme a été créé d’impatience ; mais je vais vous montrer Mes signes ne Me demandez donc pas de Me hâter » [ Sourate 21 Al- Anbiya – Les Prophètes – verset 37]

 

D’après Aïcha (qu’Allah l’agrée), le prophète Muhammad (ﷺ) a dit :

« Si le croyant souffre, Allah le libère des péchés comme le soufflet (du forgeron) libère l’acier de ses impuretés » [rapporté par El-Boukhâri, Ibn-Hibbân et El-Tabarâni]

#Spirit – Apprendre la prière

Il dit :

  • Et qu’à t’Il donné à ta communauté ? »

Je dis :

  • Il les a comblés et leur a donné satisfaction, et Il nous a imposé, à moi et à eux, cinquante Prières durant le jour et la nuit.

Moussâ dit :

  • Alors retourne et demande-Lui un allègement parce que ta communauté est celle de la fin des temps, leur corps est faible et leur durée de vie est courte, et ils ne seront pas capables de supporter cela, aussi, demande à ton Seigneur qu’Il leur réduise cette charge.

Je dis alors :

  • O mon frère ! Et qui va traverser ces voiles qu’il faut traverser ?

Moussâ dit :

  • Demande-Lui d’ici, car il est Proche et Il répond.

C’est alors que l’Appel se fit entendre dela part du Très-Grand, le Très-Haut dit :

  • Demande ce que tu désires, je t’exaucerai !

Je dis :

  • O Seigneur ! Les gens de ma communauté sont faibles, ils sont incapables d’accomplir cinquante Prières.

Il ôta cinq Prières de notre obligation. Je me retournai vers Moussâ et le lui dis.

Il dit :

  • Retourne vers ton Seigneur et demande-Lui l’allègement, car ta communauté ne sera pas capable !

Alors je ne cessais plus de supplier mon Seigneur, et Moussâ de me parler, jusqu’à ce qu’Il m’eût remis quarante-cinq Prières et qu’il nous imposât à moi et ma communauté cinq Prières.

Alors Moussâ dit encore :

  • Demande-Lui l’allègement !

Je dis :

  • O mon frère ! J’ai honte vis-à-vis de mon Seigneur.

Alors mon Seigneur m’interpella :

  • O Mohammed ! Retourne, car Nous avons placé cinq Prières dans l’action, et cinquante dans la balance. Chaque Prière en vaut dix ; la parole ne change pas ; auprès de Moi, la bonne action est équivalente à dix semblables à elle, et quant à celui qui fait une mauvaise action, J’inscris à son compte une semblable.

[Le voyage et l’ascension nocturnes du Prophète Muhammad – Ibn’Abbâss]

remember me

LA PRIERE ~ WHERE THE MAGIC HAPPENS…

La prière en Islam est le second pilier de la religion après l’attestation de foi.

Autant dire qu’elle est d’une importance capitale dans la vie du musulman car celle-ci rythme le quotidien mais il faut l’avouer, elle représente aussi quelque chose de plutôt difficile à aborder aux premiers abords lorsque l’on entre en Islam, cela pour plusieurs raisons :

la contrainte qu’elle peut sembler représenter : 5 Prières par jour (chiffre qui semble cependant dérisoire après la lecture de l’extrait ci-dessus) lorsque l’on travail, que l’on doit se déplacer, que l’on évolue dans un milieu professionnel ou l’on ne peut pas prier etc. cela demande une rigueur supplémentaire dans des vies de plus en plus chargées.

le manque de connaissance pour ne pas dire l’ignorance quant à la pratique du rituel à effectuer que ce soit, avant la Prière avec la purification par les ablutions ou pendant la Prière avec les gestes et enchaînements qui constituent la Prière.

– la fameuse barrière de la langue, car effectivement pour une personne non arabophone, il semble compliqué de pouvoir prier cinq fois par jour en langue arabe.

prayer carpet

Avec tout cela et malgré le fait que l’on ne doit pas remettre en cause la parole de notre Seigneur, on peut-être amené à se demander pourquoi prier avec toutes les barrières qui semblent se dresser devant nous ?

Personnellement et cela n’engage que moi, [Allahou a’lem – Dieu sait mieux] il me semble que la prière est en-soi, ce qui donne tout son sens au mot Islam qui signifie « soumission ».

C’est à dire, que la Prière constitue un rappel quotidien inhérent pour le musulman de sa soumission à Dieu lorsque sa vie est rythmée par celle-ci.

Elle est à mon sens également le moyen de nous rappeler que nous ne sommes QUE des humains et lorsque je dis que nous ne sommes que des humains j’entends par la que nous ne sommes rien.

La vérité se trouve à l’exact opposé de ce que le monde actuel vise à nous faire croire au travers d’un Homme qui serait égal à Dieu. La chose mériterai d’être davantage développé mais ne constitue pas l’objet de ce billet.

Alors voila, la Prière. Un geste d’inclinaison, de prosternation qui constitue notre seul moyen réel d’accepter notre condition d’être-humain, soumis, et à la fois de témoigner de notre gratitude et notre reconnaissance envers notre Créateur.

pray_ana

C’est très important car il me semble difficile de pouvoir commencer à Prier avec une bonne intention sans avoir conscience de cela, et l’intention est tellement importante pour surmonter les difficultés évoquées plus haut.

Donc pour ce qui est de mon expérience personnelle avec la prière, expérience toute relative car je ne suis qu’une enfant qui apprend comme j’aime le dire, j’ai démarré mon apprentissage quelques semaines après être entrée en Islam, le coeur plein de bonne volonté, en priant une fois chaque vendredi après mon retour du travail.

Pour cela, il m’a fallu apprendre la première sourate du Coran, la FATIHA [Celle qui Ouvre], pour ce faire je l’ai écrite dans un petit cahier en phonétique, telle que je l’entends pour faciliter la lecture et la mémorisation. J’ai une mémoire visuelle alors j’ai utilisé beaucoup de stylos de différentes couleurs pour mon apprentissage.

Apprentissage difficile car ce n’est pas ma langue maternelle bien sur, les mots, les phrases, les prononciations mettent du temps à s’enregistrer et se mettre en place mais le temps et la pratique aideront Incha’Allah.

J’ai donc utilisé ma technique des stylos de couleurs pour toutes les étapes de la prière :

 

J’utilisais donc toutes ces pages pour pouvoir prier au départ avec une prière chaque vendredi, puis cinq prières le vendredi (cinq Prières rattrapées le soir à mon retour à la maison car je ne peux pas le faire sur mon lieu de travail).

Aujourd’hui 4 mois après le début de cet apprentissage je n’utilise plus mon cahier que pour le Tachaoud et la Prière sur le Prophète, ce qui constitue pour moi un très beau progrès et qui prouve que ce n’est pas aussi insurmontable que cela peut paraitre au départ. Depuis le 1er décembre j’essaie de prendre le rythme des cinq Prières quotidienne, je ne peux pas les faire à l’heure malheureusement avec mon travail sauf le week-end mais je les fais le soir dès mon retour.

La route est encore longue tant sur la mémorisation en langue arabe que sur la prononciation et il faut que je mémorise également une nouvelle sourate à réciter après la FATIHA mais nous avons été créé pour cela et notre vie doit nous permettre de prendre le temps d’apprendre.

#SPIRIT – EVA DE VITRAY MEYEROVITCH

L’islam depuis la fenêtre de l’Occident par nos ancêtres.

Eva de Vitray Meyerovitch (1909-1999), intellectuelle Française.
Docteur en Islamologie, chercheuse au CNRS, traductrice et écrivain.

Histoire d’une femme profondément intelligente qui a consacré 10 années de sa vie à la traduction de l’oeuvre de Djalâl ad-Dîn Rûmî

« Vous savez quand on embrasse l’Islam on abjure rien… » Eva de Vitray Meyerovitch